Retour page coups de coeur / Page d'accueil / Cartizoland

 


Une invitation à découvrir une belle voix

Tout cela a commencé par ce message envoyé par France Ferran qui me mit la puce à l'oreille (et quelle puce !) :

" (...) une de mes dernières "découvertes " personnelles dans le domaine de l'Opéra, Nicolas RIVENQ, un chanteur français - formé aux Etats-Unis, l'un des fleurons de la troupe des "ARTS FLORISSANTS", baryton lyrique spécialiste de l'époque baroque, aujourd'hui au sommet de son art. Et qui va être "PELLEAS " de Debussy, le mois prochain à Anvers et Gand. C'est un " baroqueux", d'une grande finesse, mais qui balaie tous les répertoires de Monteverdi aux contemporains. Graphiste, il est aussi metteur en scène. En Juillet, à Antibes, des amis m'ont dit qu'il avait été un Comte exceptionnel dans les Noces de Figaro de Mozart. Au sommet de son art, il se produit souvent à Paris."

Quelques jours après un autre message m'apprend qu'un concert baptisé « Le piano et la Voix» est en effet programmé en région parisienne à Herblay le 29 janvier : avec dans le rôle dudit piano un concertiste pointilleux et néanmoins passionné Bruno GOUSSET et dans celle de la voix, ce baryton que je ne savais pas encore exceptionnel : Nicolas Rivenq.

Au jour dit, la puce n'a fait qu'un bond jusqu'à Herblay pour écouter ce chanteur encore inconnu. Et là aux premières notes, au premier souffle, tout comme le public qui se retenait presque de respirer, je fus conquise ! Mais avant d'en dire davantage, faisons un peu plus connaissance avec cet interprète qui semble tout dédié à son art et paraît fort se moquer de sa renommée.


Nicolas Rivenq, baryton lyrique français

Raffinement, éclectisme, curiosité intellectuelle et artistique pour s’assimiler tous les répertoires dans l’esprit le plus authentique, le plus richement humain aussi. Du baroque où il excelle au répertoire verdien. De Mozart (Le Comte Almaviva des Noces, Festival d’Antibes 2001) à Debussy (Pelléas à l’Opéra des Flandres, cet automne). Pareillement, des prestations remarquées dans des ouvrages contemporains, Elephant Man, Billy Budd, Madame de…

Autant de jalons dans cette carrière en constante expansion où s’inscrit déjà sa signature pour la mise en scène et les décors de trois opéras de Monteverdi. On aime aussi à le retrouver concertiste, donnant toute sa poésie, son rayonnement intérieur aux lieder de Schubert ou à la mélodie française.

 Invité régulier de festivals italiens réputés tel celui de Martina Franca, d’autres étapes florissantes sont à venir pour ce chanteur, passionné et lucide, qui apparaît sur toutes les grandes scènes européennes : la Scala de Milan, Monnaie de Bruxelles, Fenice de Venise, Opéra de Paris, Capitole de Toulouse...

“La voix, c’est la maison de l’âme.” nous dit Heidegger et "l'art, c'est la rupture du silence" nous prévient Chostakovitch. L'espace d'un concert, le centre culturel d'Herblay a recueilli en son sein cette maison où l'art s'est fait. Et paradoxalement, il ne s'agit pas de cet art qui signe la valeur de l'artiste, mais de celui qui mise sur la valeur de l'oeuvre en premier lieu ! Comme jadis envers les cathédrales ou les peintures byzantines, il y a d'abord et avant tout l'oeuvre qui est mise en avant, offerte à tous par l'intermédiaire d'un artiste scrupuleux, derrière lequel on sent le musicien.

Nicolas Rivenq ne prête pas sa voix comme on dit maintenant, il l'offre entière et nue seulement accompagnée d'un piano et de l'attention qu'il sait tirer de nous tous.

Au tréfonds de la musique, il y a tenu en réserve, cette méditation, cette pensée, cette âme – osons le mot - que l’artiste nous donne en partage. Pour nous émouvoir, voire nous déranger avec la plus grande économie de moyens. A nous en effet de mériter cette « offrande ».

Sa séduction tient à la force vive de son rayonnement autant qu’à sa réserve. La douceur de l’humanité goûtée au long de ces pages douces-amères de Schubert…

Dans la mélodie, cet art de la sérénité et de la délicatesse, apte à laisser les notes parler. Alors, la complicité atteint sa plénitude.

Fugaces minutes de bonheur à engranger. Car, comme pour le Danseur, sa trace s’inscrit dans la brièveté de l’instant.


"Une haleine de notes, venue farder la fenêtre du monde"

Déjà dans le programme remis à l'entrée du concert, pas un mot du chanteur ou du pianiste; juste ce titre "le piano et la voix" en gros et la référence détaillée des oeuvres interprétées (lieders de Schubert, Mozart, Donizetti) avec en vis à vis un panorama complet des textes chantés agrémenté des traductions et des noms des poètes (Goethe, Schiller...). Pas davantage.

D'emblée, entrant sur scène, Nicolas Rivenq donne à voir une prestance, une beauté, un magnétisme certain, une hauteur pleine d'humilité, tout cela ensemble qu'on pressent dévoué à la voix, à la musique.

Pourtant son programme débutait sur des lieder difficiles de Schubert. J'ai ainsi pu sentir la voix prendre ses pas (les mains qui se crispent sur elles-mêmes), cette gorge qui tressaille et l'haleine farder la fenêtre du monde. Le silence s'est fait et le chanteur l'a comblé avec sa respiration, son souffle doux, ses inflexions nobles et veloutées dont la mesure et la justesse sont fascinantes. Tout est nuancé, et la gamme vaste. La voix voyage, navigue mais jamais ne dérive. Le timbre est doux, grave, maintenu.

Puis il a cette présence, cette maîtrise de la voix dans le corps, cette concentration confirmée par un hochement de tête en direction de son pianiste. Peu après en effet est montée cette voix qui trouve et qui voyage, qui se laisse écouter et voir comme les volutes de fumée.

Et nous, nous étions là à épier le souffle qui ne se perçoit pas et qui permet à cette voix fabuleuse (non pas criarde, non pas au-dessous ou au-dessus du piano, mais avec le piano, en compagnie du piano comme un pas de deux entre un danseur et sa partenaire) d'éclore et s'épanouir. Puis, rassuré après le cycle Schubertien il a chanté Mozart (le troisième air de Papageno, les Noces de Figaro, Don giovanni), à sourire beaucoup et à délier son corps pour le propulser dans l'Opéra. Et le chanteur – acteur a su par ses attitudes mêmes nous faire accéder à son art magistral.

De plus l'entendre chanter en Italien a été une joie pour tous: à sentir cette belle langue vibrer sous sa gorge et à savourer son plaisir de nous la donner ainsi !

Le pianiste Bruno GOUSSET était également très bon, très soucieux, très technicien, mais toujours en accord avec Nicolas Rivenq qu'il guettait du coin de l'oeil. A la fin tous deux étincelaient de sueur ! Aux saluts ils étaient comme épuisés, mais heureux. La salle a vivement et chaudement manifesté son ravissement.


"Je pense que ce qui est beau est en devenir ou à découvrir. Le beau doit toujours être une surprise "

NICOLAS RIVENQ


Ce que me dit le chanteur

Ce vers "Une haleine de notes, venue farder la fenêtre du monde" que j'aime beaucoup, traduit bien que ce j'ai ressenti durant tout le concert.

Ecrit par France Ferran, il termine ce beau poème qui est un chant un "ce que me dit le chanteur" à l'instar de "ce que l'amour me dit" de Mahler. Magnifique poème que je me permets d'insérer ici pour terminer cette page qui traite d'un chanteur d'exception.

 

Qui est derrière le rideau de scène ?

Qui vient vers nous ? Le chanteur unique et multiple,

un demi-dieu, tel cynique débauché ou cet amant

mystique qu’on conduit au supplice sous nos yeux.

 

Le corps passant allégrement à gué

par tous les mythes possibles,

surgit le glaive impérieux de sa voix.

Dans les arbres où se dit un univers peut-être féroce,

il nous donne à entendre l’action amère du vent.

 

Au plus vif de la passion, au creux de son chant

se prodiguent une philosophie rêvée.

la sombre puissance des musiques d’opéra,

des instincts à prendre et à réincarner.

 

Au moment des saluts, nous voici les mains

chargées d’offrandes, en proie à cette force diffuse,

communicative qui embellit nos vies.

La gorge encore vibrante, qui est le chanteur ?

Une haleine de notes, venue farder la fenêtre du monde.

 © France Ferran

que je remercie ici vivement pour m'avoir mis cette bonne puce à l'oreille et pour sa contribution active dans l'élaboration de cette page !


Retour coups de coeur

Izoland / Izo tout court / Liens izoéens / Cartizoland

E mail : DIAZNA@wanadoo.fr